Welcome!

Cloud Expo Authors: Pat Romanski, Elizabeth White, Brad Anderson, Liz McMillan, Christopher Campbell

Blog Feed Post

R2I : la Révolution Industrielle Informatique - Quatrième partie : les fournisseurs

 

Logos IT Rappel des « chapitres » précédents :

Première partie : les bases de la R2I.

Deuxième partie : les infrastructures.

Troisième partie : les usages

La R2I, Révolution Industrielle Informatique apporte beaucoup de « plus » aux entreprises utilisatrices ; c’est ce que j’ai montré dans les trois premières parties de cette série. 

Et si nous regardions maintenant l’autre versant de cette révolution, celui des fournisseurs ?

 

Tous les fournisseurs profondément impactés

Head in the cloud 2Il n’y a pas un seul secteur de l’offre de solutions informatiques qui va échapper au Tsunami R2I : postes de travail, serveurs, réseaux, logiciels applicatifs, SSII...

Depuis 2010, le mot Cloud est « à la mode » et il est omniprésent dans le message des fournisseurs informatiques. Tous tiennent un discours marketing où le Cloud est présenté comme l’avenir de leur métier et ils nous assurent qu’ils ont la tête dans le « nuage ».

Head-in-the-sandEt si la réalité était tout autre ? Et s’ils faisaient tout leur possible pour retarder l’arrivée de ce Tsunami R2I ? Et s’ils faisaient l’autruche en niant l’évidence : La R2I va mettre à mal leurs modèles économiques et démoder une grande partie de leurs produits et services.

Gartner PC sales Q3 2012Le Gartner Group vient de publier les chiffres de ventes de PC au troisième trimestre 2012, en baisse de 8 % par rapport à 2011, et où pour la première fois Lenovo devance HP comme premier constructeur mondial.

HP CEO - PC not deadQuelques jours avant, Meg Witman, quatrième CEO de HP en 4 ans, disait, dans un interview à la télévision américaine : « Non, le marché du PC n’est pas mort !». 

J’avais déjà commencé à aborder ces sujets dans mon blog, il y a trois ans, avec l’analyse des évolutions du marché des postes de travail, des serveurs et des éditeurs de logiciels. Je n’ai pas trop à rougir des prévisions que je faisais à l’époque, même si je me suis trompé sur certains points ; je n’avais pas prévu, par exemple, l’effondrement de Nokia.

Je ne vais donc pas reprendre en détail tous ces points, mais les compléter par des informations plus récentes.

 

R2I et postes de travail

Comme on vient de le voir avec les chiffres de ventes des PC classiques, ce marché est en forte crise ; 8 % de baisse pendant le troisième trimestre, celui où étudiants et élèves s’équipent pour l’année scolaire, ce n’est vraiment pas bon signe.

Wintel share of market Ce graphique montre à quel point la domination du marché par les solutions WinTel (Windows - Intel) est terminée. 

Entre les années 1997 et 2007, Microsoft avait éliminé toute concurrence à l’exception d’Apple avec le Macintosh qui avait gardé environ 5 % de part de marché. Depuis cette date la chute de Wintel est impressionnante, iOS et Android ayant pris le relais de la croissance.

PC:Tablet:Smartphone in EMEA:US:EUSur cet autre graphique, les chiffres d’iDC pour le deuxième trimestre 2012 donnent 35 % de part de marché aux PC sur le continent américain, 33 % en EMEA (Europe Middle East Africa) et seulement 30 % en Asie, Pacifique et Japon.

De 95 % de part de marché à 30 % en 5 ans ; et ce n’est qu’un début !

Au-delà des grands acteurs tels que Microsoft, Intel, HP, Lenovo... c’est tout l’écosystème WIntel qui est frappé en plein cœur. Des milliers d’éditeurs de solutions client/serveur, des milliers de fournisseurs de périphériques pour Wintel vont devoir se convertir, et très vite, et ce avant la fin de cette décennie.

 

R2I et serveurs

Q2 2012 Word market sales servers vendorsLes entreprises achètent moins de serveurs... Ce ne sera pas une surprise pour les lecteurs de ce blog.

Gartner vient de publier les chiffres des ventes mondiales de serveurs pour le deuxième trimestre 2012 ; 5 % de baisse en valeur. Dell est le seul des grands fournisseurs à voir son CA et sa part de marché progresser.

Les entreprises qui migrent vers le Cloud :

  • N’achètent plus de serveurs : c’est le cas de Revevol.
  • Virtualisent les rares serveurs qui restent = réduction du nombre de serveurs physiques utilisés ou achetés.

Facebook 10 Gb home made serversPour le grand malheur des fournisseurs historiques, les industriels du Cloud public fabriquent souvent leurs propres serveurs, comme Google ou Facebook. Ils optimisent aussi l’usage de leurs serveurs et en achètent un minimum, à des prix très bas.

Etonnez-vous donc que les fournisseurs historiques de serveurs fassent la promotion à outrance des « clouds privés », et soufflent sur les braises de la « Néphophobie » en affirmant, à tord, que les clouds publics sont moins sécurisés que les clouds privés.

 

R2I et éditeurs de logiciels

Panique à bord chez les éditeurs traditionnels ! Les solutions SaaS gagnent très vite du terrain.

Gartner 2012 - CRM SaaS vs Onpremise 2010Comme le montre ce graphique du Gartner Group, les solutions SaaS CRM avaient déjà pris 30 % du marché en 2010, ayant rattrapé les historiques Siebel-Oracle plus SAP.

Gartner SaaS growthGartner prévoit aussi que le taux de croissance du marché SaaS sera supérieur à 50 % d’ici 2015.

Quelle est la réponse actuelle des grands éditeurs classiques ? Ils achètent, très cher, des « pure players » SaaS :

  • SuccessFactors, acheté 3,4 milliards de dollars par SAP.
  • Taleo, acheté 1,9 milliard de dollars par Oracle.
  • Yammer, acheté 1 milliard de dollars par Microsoft.

Cette démarche d’achat ne va en aucune manière régler le problème de fond des éditeurs historiques d’ERP intégrés et de solutions « on-premise ». Les entreprises n’achètent plus leurs produits et ils ne survivent que grâce aux contrats de maintenance qui représentent maintenant entre 70 et 80 % de leurs revenus annuels.

 

R2I et sociétés de services informatiques

L’informatisation des entreprises a permis la naissance et la croissance de très grandes sociétés de services.

Top 10 SSII in FrancePAC (Pierre Audoin Conseil) vient de publier la liste des 50 plus grandes SSII Françaises, dont j’ai extrait les dix premières. Beaucoup d’entre elles sont aussi des leaders au niveau mondial.

Elles ont profité de l’état artisanal du marché des logiciels et des ERP pour vendre des contrats pluriannuels avec des dizaines ou des centaines de personnes.

Software factory oldOn estime qu’il y a aujourd’hui environ 700 000 ingénieurs informaticiens en Inde qui travaillent à la maintenance d’ERP intégrés tels que SAP ou Oracle Applications, 

Cette rente à vie, ces contrats sans fin... cet âge d’or est terminé !

Les ERP intégrés et obèses avaient donné naissance à ces SSII gigantesques.

Les solutions SaaS donnent naissance à une nouvelle race de sociétés de services, que Gartner nomme les ILCS, Industrialized Low Cost Services, Sociétés de services industrielles à coûts réduits.

C’est probablement dans le domaine des services que la R2I aura les impacts les plus profonds ; essayons de comprendre pourquoi :

  • Un logiciel SaaS ne peut pas être modifié : le travail de configuration existe, mais il est au minimum dix fois plus léger et plus rapide que celui qui était demandé par la paramétrisation d’un logiciel traditionnel.
  • Comme les migrations n’existent plus, le « travail répétitif », le « repeat business » disparaissent. Une fois que la solution SaaS a été bien configurée, c’est l’éditeur qui se charge des évolutions et l’entreprise cliente n’a plus besoin d’une SSII pour « mettre à niveau » l’application à chaque changement de version.
  • Lego SaaSLe remplacement d’une solution intégrée, monofournisseur, par un ensemble de SaaS « best of breed », proposé par des éditeurs différents, crée un nouveau besoin « d’agrégation », substitut des intégrations anciennes. C’est un travail noble, d’ingénieur, à forte valeur ajoutée, mais qui n’est réalisé qu’une fois, et rapidement. Les éditeurs de solutions SaaS fournissent tous les connecteurs et les API qui permettent un dialogue de leurs solutions avec d’autres SaaS et avec les logiciels préexistants installés dans les centres de calcul privés.

La noblesse de ces nouveaux métiers de services, c’est de faire un travail rapide, de haute qualité, et de pouvoir dire aux entreprises clientes : 

« Votre solution est opérationnelle, merci et au revoir. Vous n’aurez plus besoin de moi sur ce projet. Je serais très heureux de continuer à collaborer avec vous pour déployer... de nouvelles solutions, si vous en avez besoin.».

 

R2I = rupture = succès des nouveaux entrants.

Ce sont toujours les nouveaux entrants qui réussissent lorsqu’une industrie vie une rupture forte, comme cela se passe aujourd’hui, et va s’accélérer, avec la R2I dans le monde informatique.

  • Qui est numéro un mondial en SaaS ? Salesforce.
  • Qui est numéro un mondial en IaaS ? Amazon.
  • Quels sont les leaders mondiaux en PaaS ? Amazon, Google et Salesforce.
  • Quels sont les leaders mondiaux des smartphones ? iOS d’Apple et Android de Google, deux acteurs qui n’avaient jamais produit un seul téléphone avant 2007.

Cloud-computing leaderJe pourrai continuer cette liste très longtemps...

Pour le moment, aucun fournisseur historique de l’informatique n’a réussi sa mutation et est devenu un acteur majeur dans ce monde de la R2I, aucun !

Est-ce à dire qu’ils n’ont aucune chance, qu’ils sont condamnés à terme ?

Non, mais il est très, très difficile pour un « historique » de réussir sa transformation et de rester pertinent après une rupture.
IBM est l’un des très rares contre-exemples dans le monde de l’informatique, et cette entreprise est passée par des moments très difficiles avant de réussir ses mutations. 

 

Acteurs historiques : comment rester pertinent après la R2I

L’histoire de l’industrie nous donne des pistes pour répondre à cette question, et je vais, une fois encore, utiliser l’exemple de l’industrie automobile.

Logan vue avantImaginez une seconde que Renault, après avoir lancé sa nouvelle marque Dacia, ait confié la vente des Logan aux commerciaux qui vendaient des Clio ou des Megane. Que se serait-il passé ? Des ventes qui n’auraient pas décollé, des commerciaux qui n’auraient eu de cesse que de démontrer aux clients potentiels Dacia que les Renault étaient mieux finies, plus élégantes, plus sures...

Pour les acteurs historiques de l’informatique, confrontés aux défis majeurs de la R2I, la seule méthode est, à mon avis, de copier la stratégie remarquable du groupe VW et de... 

VW main logos

Créer des marques concurrentes !

Il s’agit de créer une véritable concurrence interne au sein des équipes :

  • Un commercial Skoda vous dira que la Superb est aussi bien que la Passat de VW, mais beaucoup moins chère.
  • Un commercial Seat essayera de vous convaincre que la « Leon » est une excellente sportive, plus jeune qu’une VW.
  • Un commercial VW vous proposera une Golf en vous disant qu’elle est aussi bien finie qu’une Audi et plus spacieuse.

Grâce à cette stratégie de compétition interne, le groupe VW est bien parti pour devenir le premier groupe automobile mondial ; bravo !

Revenons maintenant dans notre monde de l’informatique.

  • Croyez-vous vraiment qu’un commercial de Microsoft qui a vendu Office sur des postes de travail Windows pendant 10 ans va vraiment essayer de vous convaincre qu’une solution 100 % navigateur est la meilleure aujourd’hui ?
  • Croyez-vous vraiment qu’un commercial SAP qui encaisse un très gros chèque quand un client achète des milliers de licences pour la solution « on-premise » fera un grand effort pour vous pousser vers une solution SuccessFactors quand il mettra 5 ans au minimum à récupérer une commission équivalente ?

Tant que ce seront les mêmes organisations, les mêmes personnes, avec les mêmes marques, qui commercialiseront des produits historiques et des solutions « Cloud/SaaS », ces dernières sont condamnées à rester marginales.

C’est très certainement l’une des décisions stratégiques les plus difficiles à prendre, surtout pour des entreprises qui avaient très bien réussi dans le monde informatique actuel et qui ont du mal à se convaincre que la R2I est vraiment... une révolution.

Je propose donc à quelques-uns des grands leaders actuels, pour les aider dans cette démarche, quelques marques nouvelles, pour leurs solutions nouvelles.

Pythie de DelphesOracle nouvelle marque :   Pythie  

(La Pythie de Delphes était la plus célèbre prophétesse de l’antiquité.)

 

Microsoft a deux marques fétiches qu’il lui sera difficile d’abandonner comme on le constate quand sa solution « dite cloud » s’appelle Office 365 et que Windows est aussi utilisé pour les smartphones et les tablettes !

Bullseye 2Windows nouvelle marque :   Bullseye 

C’est à la fois une fenêtre (Windows) et le cœur d’une cible.

Anywhere workingOffice nouvelle marque :   Anywhere 

Pour bien montrer que l’on ne travaille plus seulement au bureau (Office) mais « anywhere, anytime, anydevice », avec l’aide des outils Cloud/SaaS.

SAP R3 nouvelle marque :  SAPaaS

Difficile de trouver quelque chose de très imaginatif pour remplacer une marque aussi peu parlante que R3 !

Ce ne sont que des premières propositions et je suis certain que les lecteurs de ce blog auront beaucoup d’autres idées, pour ces marques et pour d’autres.

 

En résumé

80, 90 % des fournisseurs informatiques, qui ont très bien réussi dans un monde « pré-industriel », vont devoir, rapidement, repenser leurs offres, leurs modèles économiques s’ils veulent rester des acteurs pertinents après la Révolution Industrielle Informatique qui est en marche.

Revolution Computer history museumJe leur souhaite beaucoup de courage et de volonté pour réussir cette mutation, en reprenant le logo du Musée de l’informatique de Californie, où ils sont hélas très nombreux les constructeurs morts de ne pas avoir su s’adapter à des mondes qui changent...

 

Read the original blog entry...

More Stories By Louis Nauges

Louis Naugès is Founder & President of Revevol, the first European Consulting organization 100% dedicated to SaaS and Cloud Computing. He has 30 years of IT experience. Very few people in Europe have his knowledge and expertise in Cloud & SaaS technologies and applications. He works directly with CIOs of very large organizations. Revevol is the first EMEA distributor of Google Apps and the largest worldwide organization deploying Google Apps is one of Revevol's clients.

Cloud Expo Breaking News
Simply defined the SDDC promises that you’ll be able to treat “all” of your IT infrastructure as if it’s completely malleable. That there are no restrictions to how you can use and assign everything from border controls to VM size as long as you stay within the technical capabilities of the devices. The promise is great, but the reality is still a dream for the majority of enterprises. In his session at 14th Cloud Expo, Mark Thiele, EVP, Data Center Tech, at SUPERNAP, will cover where and how a business might benefit from SDDC and also why they should or shouldn’t attempt to adopt today.
MapDB is an Apache-licensed open source database specifically designed for Java developers. The library uses the standard Java Collections API, making it totally natural for Java developers to use and adopt, while scaling database size from GBs to TBs. MapDB is very fast and supports an agile approach to data, allowing developers to construct flexible schemas to exactly match application needs and tune performance, durability and caching for specific requirements.
APIs came about to help companies create and manage their digital ecosystem, enabling them not only to reach more customers through more devices, but also create a large supporting ecosystem of developers and partners. While Facebook, Twitter and Netflix were the early adopters of APIs, large enterprises have been quick to embrace the concept of APIs and have been leveraging APIs as a connective tissue that powers all interactions between their customers, partners and employees. As enterprises embrace APIs, some very specific Enterprise API Adoption patterns and best practices have started emerging. In his session at 14th Cloud Expo, Sachin Agarwal, VP of Product Marketing and Strategy at SOA Software, will talk about the most common enterprise API patterns and will discuss how enterprises can successfully launch an API program.
The social media expansion has shown just how people are eager to share their experiences with the rest of the world. Cloud technology is the perfect platform to satisfy this need given its great flexibility and readiness. At Cynny, we aim to revolutionize how people share and organize their digital life through a brand new cloud service, starting from infrastructure to the users’ interface. A revolution that began from inventing and designing our very own infrastructure: we have created the first server network powered solely by ARM CPU. The microservers have “organism-like” features, differentiating them from any of the current technologies. Benefits include low consumption of energy, making Cynny the ecologically friendly alternative for storage as well as cheaper infrastructure, lower running costs, etc.
Next-Gen Cloud. Whatever you call it, there’s a higher calling for cloud computing that requires providers to change their spots and move from a commodity mindset to a premium one. Businesses can no longer maintain the status quo that today’s service providers offer. Yes, the continuity, speed, mobility, data access and connectivity are staples of the cloud and always will be. But cloud providers that plan to not only exist tomorrow – but to lead – know that security must be the top priority for the cloud and are delivering it now. In his session at 14th Cloud Expo, Kurt Hagerman, Chief Information Security Officer at FireHost, will detail why and how you can have both infrastructure performance and enterprise-grade security – and what tomorrow's cloud provider will look like.
Today, developers and business units are leading the charge to cloud computing. The primary driver: faster access to computing resources by using the cloud's automated infrastructure provisioning. However, fast access to infrastructure exposes the next friction point: creating, delivering, and operating applications much faster. In his session at 14th Cloud Expo, Bernard Golden, VP of Strategy at ActiveState, will discuss why solving the next friction point is critical for true cloud computing success and how developers and business units can leverage service catalogs, frameworks, and DevOps to achieve the true goal of IT: delivering increased business value through applications.
Web conferencing in a public cloud has the same risks as any other cloud service. If you have ever had concerns over the types of data being shared in your employees’ web conferences, such as IP, financials or customer data, then it’s time to look at web conferencing in a private cloud. In her session at 14th Cloud Expo, Courtney Behrens, Senior Marketing Manager at Brother International, will discuss how issues that had previously been out of your control, like performance, advanced administration and compliance, can now be put back behind your firewall.
More and more enterprises today are doing business by opening up their data and applications through APIs. Though forward-thinking and strategic, exposing APIs also increases the surface area for potential attack by hackers. To benefit from APIs while staying secure, enterprises and security architects need to continue to develop a deep understanding about API security and how it differs from traditional web application security or mobile application security. In his session at 14th Cloud Expo, Sachin Agarwal, VP of Product Marketing and Strategy at SOA Software, will walk you through the various aspects of how an API could be potentially exploited. He will discuss the necessary best practices to secure your data and enterprise applications while continue continuing to support your business’s digital initiatives.
The revolution that happened in the server universe over the past 15 years has resulted in an eco-system that is more open, more democratically innovative and produced better results in technically challenging dimensions like scale. The underpinnings of the revolution were common hardware, standards based APIs (ex. POSIX) and a strict adherence to layering and isolation between applications, daemons and kernel drivers/modules which allowed multiple types of development happen in parallel without hindering others. Put simply, today's server model is built on a consistent x86 platform with few surprises in its core components. A kernel abstracts away the platform, so that applications and daemons are decoupled from the hardware. In contrast, networking equipment is still stuck in the mainframe era. Today, networking equipment is a single appliance, including hardware, OS, applications and user interface come as a monolithic entity from a single vendor. Switching between different vendor'...
Cloud backup and recovery services are critical to safeguarding an organization’s data and ensuring business continuity when technical failures and outages occur. With so many choices, how do you find the right provider for your specific needs? In his session at 14th Cloud Expo, Daniel Jacobson, Technology Manager at BUMI, will outline the key factors including backup configurations, proactive monitoring, data restoration, disaster recovery drills, security, compliance and data center resources. Aside from the technical considerations, the secret sauce in identifying the best vendor is the level of focus, expertise and specialization of their engineering team and support group, and how they monitor your day-to-day backups, provide recommendations, and guide you through restores when necessary.
Cloud scalability and performance should be at the heart of every successful Internet venture. The infrastructure needs to be resilient, flexible, and fast – it’s best not to get caught thinking about architecture until the middle of an emergency, when it's too late. In his interactive, no-holds-barred session at 14th Cloud Expo, Phil Jackson, Development Community Advocate for SoftLayer, will dive into how to design and build-out the right cloud infrastructure.
You use an agile process; your goal is to make your organization more agile. What about your data infrastructure? The truth is, today’s databases are anything but agile – they are effectively static repositories that are cumbersome to work with, difficult to change, and cannot keep pace with application demands. Performance suffers as a result, and it takes far longer than it should to deliver on new features and capabilities needed to make your organization competitive. As your application and business needs change, data repositories and structures get outmoded rapidly, resulting in increased work for application developers and slow performance for end users. Further, as data sizes grow into the Big Data realm, this problem is exacerbated and becomes even more difficult to address. A seemingly simple schema change can take hours (or more) to perform, and as requirements evolve the disconnect between existing data structures and actual needs diverge.
SYS-CON Events announced today that SherWeb, a long-time leading provider of cloud services and Microsoft's 2013 World Hosting Partner of the Year, will exhibit at SYS-CON's 14th International Cloud Expo®, which will take place on June 10–12, 2014, at the Javits Center in New York City, New York. A worldwide hosted services leader ranking in the prestigious North American Deloitte Technology Fast 500TM, and Microsoft's 2013 World Hosting Partner of the Year, SherWeb provides competitive cloud solutions to businesses and partners around the world. Founded in 1998, SherWeb is a privately owned company headquartered in Quebec, Canada. Its service portfolio includes Microsoft Exchange, SharePoint, Lync, Dynamics CRM and more.
The world of cloud and application development is not just for the hardened developer these days. In their session at 14th Cloud Expo, Phil Jackson, Development Community Advocate for SoftLayer, and Harold Hannon, Sr. Software Architect at SoftLayer, will pull back the curtain of the architecture of a fun demo application purpose-built for the cloud. They will focus on demonstrating how they leveraged compute, storage, messaging, and other cloud elements hosted at SoftLayer to lower the effort and difficulty of putting together a useful application. This will be an active demonstration and review of simple command-line tools and resources, so don’t be afraid if you are not a seasoned developer.
SYS-CON Events announced today that BUMI, a premium managed service provider specializing in data backup and recovery, will exhibit at SYS-CON's 14th International Cloud Expo®, which will take place on June 10–12, 2014, at the Javits Center in New York City, New York. Manhattan-based BUMI (Backup My Info!) is a premium managed service provider specializing in data backup and recovery. Founded in 2002, the company’s Here, There and Everywhere data backup and recovery solutions are utilized by more than 500 businesses. BUMI clients include professional service organizations such as banking, financial, insurance, accounting, hedge funds and law firms. The company is known for its relentless passion for customer service and support, and has won numerous awards, including Customer Service Provider of the Year and 10 Best Companies to Work For.